2015 Juillet – Le tour de France à la voile – Etape de Dunkerque

2015_07_04_1126_10

Premier coup de chance

Un concours interne est organisé pour participer en tant que VIP à l’étape de Dunkerque du TDFV 2015. Je gagne une place.

Deuxième coup de chance

Appel de la comm : « Jean, désolé, tu ne pourra pas embarquer sur le zodiac… » 🙁 « …. parce que tu viens d’être tiré au sort pour monter sur un Diam 24 » 🙂 « Véro, je t’aime !!!! ». Et me voila à Dunkerque en attendant que l’on m’équipe pour tester une régate sur un des Diam 24. Je suis accueilli par un poisson volant impressionnant.

Le Yatch club est top, nous sommes effectivement traité en VIP. Premier contact avec les équipages lors de la mise à l’eau des Diam. Ils sont jolis ces bateaux. Ils ont l’air de piaffer avant d’aller jouer.

  • 2015_07_04_0936_26
  • 2015_07_04_0935_35
  • 2015_07_04_0932_29
  • 2015_07_04_0930_56
  • 2015_07_04_0930_23

Equipement

2015_07_04_1354_15

Bien sûr tout est trop petit! Boudiné comme pas possible j’ose à peine respirer pour pas faire tout exploser. J’ai l’air du bonhomme Michelin! Ceci dit, le matériel est top qualité. La veste étanche est très légère et agréable à porter, bien qu’il manque trois tailles. Elle s’avérera tout à fait étanche.

2015_07_04_1334_14

Le trajet en zodiac pour rejoindre les bateaux se passe sans soucis et pof, me voila à bord de West Courtage. Simon Moriceau, Félix Puvot et Anthony Marchand m’accueillent à bord. Les marins sont vraiment des gents fantastiques. Ils ont participé aux jeux olympiques, à la Volvo, ils ont un palmarès long comme le bras, mais sont faciles d’accès, répondant gentiment à toutes mes questions idiotes.

Un peu d’attente avant notre manche. Sur les virements, les choses se corsent. Très difficile de trouver des points d’appuis (surtout qu’il m’en faut des costauds !) une horreur. Je vois bien qu’ils sont au ralenti, mais tout va très vite. Là encore, soutien et petites phrases d’encouragement. La GV est très basse. Pour passer dessous, je me retrouve à ramper lamentablement. D’autant que Félix prend un coup de bôme, ça ne met pas en confiance, mais d’un seul coup, le casque, bien que trop serré, ne paraît plus de trop.

Les trois sont super impressionnants. Ils communiquent par des phrases très courtes, très calmement. Ils ont une cohésion pas possible. La différence entre le rythme du bateau et leur communication me sidère.

J’ai lu quelque part, que le changement de support était bien, parce que les Diam sont plus proches de l’eau. Je confirme, plus proche c’est pas possible, ou alors c’est un sous marin. L’importance d’un bon matériel est vite intégrée. Celui qui m’a été prété l’est, je reste au sec.

C’est le moment ou je peux prendre quelques photos, après cela sera impossible.

Petite vidéo également.

5mn.

A partir de là, je n’ai plus conscience des choses. Il y des bateaux partout, très, très près (Manu 😉 ). Les manœuvres sont hallucinantes. J’ai beau avoir déjà fait des départs, là le rythme est tellement important que je ne visualise rien. D’un seul coup nous voila au près sur GV seule. « Trois, deux, un » égrainé par les trois ensembles, toujours aussi calmes. Dans ce bazar indescriptible, ils ont compté le temps ! le foc est envoyé en 1/2 seconde. C’est parti. C’est le seul moment ou je peux aider un peu, notre Diam est le moins gité 😉
Le virement est incroyable. Comment cela peut se passer sans casse restera un mystère. A la bouée au vent, nous avons un problème avec l’enrouleur de gennaker. En quelques secondes, l’ensemble de la flotte s’éloigne, comme dans les étoiles dans star war! C’est fini.

Du coup, la fin du parcours est tranquille, pas question de casser du matériel pour une course qui ne compte pas.

Expérience incroyable, merci beaucoup à l’équipage West courtage. Je leur souhaite le meilleur pour la suite.

Laisser un commentaire